Courtier en assurance de biens privés

  LA MULTIRISQUE HABITATION (M.R.H.)

Quels sont les risques garantis par l’assurance ?

Le contrat multirisques habitation (MRH) couvre les dommages qui pourraient affecter les biens de l’assuré : incendie, dégât des eaux, gel des canalisations, catastrophe naturelle et tempête, cambriolage et vandalisme, bris de glace. … Les objets de valeurs sont garantis en fonction des contrats.

Qui doit souscrire l’assurance ?

C’est à l’occupant d’assurer le bien, à minima pour les risques locatifs. Il est en revanche toujours préférable de souscrire une assurance multirisque habitation pour être totalement protégé, que l’on soit

  • Propriétaire, plein propriétaire, usufruitier,
  • Locataire, sous-locataire, occupant à titre gratuit…

LA P.N.O. (Propriétaire Non Occupant)

La Loi Alur pose en principe que l’assurance PNO est obligatoire seulement pour les propriétaires de biens immobiliers en copropriété. Cette obligation pèse sur vous que le logement soit occupé ou vacant, vide ou meublé.

Malgré tout, il est fortement recommandé de prendre cette garantie pour une location de maison afin de rester couvert en cas d’impayé du locataire ou de non-location pendant un bref moment…

Elle a pour vocation de couvrir entre autres les dégâts provoqués par les installations et équipements en l’absence de locataire responsable. Elle garantit au propriétaire bailleur, pour une somme très raisonnable, une couverture équivalente à la multirisque habitation.

Principaux Partenaires : APIVIA – ZEPHIR – ECA – COVERITY – etc…

 L’Assurance AUTO – MOTO –CAMPING-CAR et Autres Véhicules Motorisés

Le propriétaire d’un véhicule terrestre à moteur (voiture, moto, …) destiné à circuler doit l’assurer avec au minimum la garantie responsabilité civile. L’assurance responsabilité civile, appelée parfois assurance au tiers, sert à indemniser les victimes des dommages causés par le véhicule. Il s’agit des tiers et des passagers du véhicule, mais pas du conducteur et du responsable de l’accident. Le non-respect de l’obligation d’assurance est puni pénalement.

De même, le fait de stationner le véhicule dans un garage privé ne permet pas non plus d’échapper à l’obligation d’assurance. En effet, le véhicule peut être mis en circulation par un tiers (un voleur par exemple) et provoquer des dégâts.

La garantie tous risques vous permet d’être indemnisé pour tous les dommages subis par votre véhicule, quel que soit le type d’accident et quelle que soit votre responsabilité en tant que conducteur.

Attention !!!  Il existe tellement de contrats différents que de dire :

« Je suis assuré tous risques »

Ne veut absolument rien dire, seules les conditions particulières font la différence !!!

Pour cela, nous avons une belle sélection de partenaires qui répondent à vos attentes.

L’ASSURANCE « DE PRÊT ou EMPRUNTEUR »

L’assurance emprunteur est un contrat de prévoyance. Elle garantit le remboursement du capital restant dû de votre emprunt si vous n’étiez plus en mesure de le faire. Cette assurance protège donc à la fois l’emprunteur et sa famille, mais également le prêteur, d’éventuels impayés.

Le prix global de l’assurance dépend de multiples critères, dont la quotité retenue. Il s’agit de répartir la couverture proposée par l’assureur entre les emprunteurs. Portez une grande attention à cette étape primordiale pour la sécurité de votre opération immobilière.

À QUOI SERT LA QUOTITÉ D’ASSURANCE ?

Si l’on prend l’exemple d’un prêt immobilier d’un montant de 20 000 €, une quotité d’assurance de 100 % signifie que la garantie couvre l’intégralité du prêt. Ainsi, en cas de décès de l’emprunteur unique, par exemple, l’assurance rembourse à la banque tout le capital restant dû.

Cette quotité minimale de 100 % (elle peut être plus importante, voir plus bas) attachée à un prêt est exigée par toutes les banques. Lorsque l’emprunt se fait à deux, la quotité peut être partagée entre les emprunteurs. Si le partage est équilibré (50 %/50 %) et que l’un des deux souscripteurs devient invalide, par exemple, le conjoint valide n’aura plus que la moitié de la mensualité de remboursement à assurer : si la mensualité est de 1 000 €, il ne lui reste plus que 500 € à verser à la banque.

COMMENT CHOISIR SA RÉPARTITION ?

« Si l’on veut une assurance maximale, il faut opter pour une quotité de 100/100, soit une assurance à 200 %. Dans cette situation, en cas de problème, le conjoint survivant (ou celui qui n’est pas invalide ou en incapacité de travail) n’a plus rien à payer du toutDans un choix de quotité à 100 % maximum, il est aussi possible de choisir la quotité en fonction des revenus de chacun. Exemple : celui qui a un salaire plus important s’assure à 70 % et son conjoint à 30 % seulement. Cela signifie que si le premier décède, par exemple, le second n’aura plus que 30 % de la prime à payer. »

Pour cela, nous avons une belle sélection de partenaires qui répondent à vos attentes.